7-the stack

“Music is a language in which we can express our struggle with what it is to be a human being,”
Robert Fripp 2012  F.Times



Le terme de musique est actuellement utilisé de manière globalisante quasi holiste, regroupant toutes sortes de composants qui n’ont de points communs que le fait d’être du son. Des ondes vibratoires.
 La hiérarchie comme la différentiation ou discrimination dans le premier sens du terme, c’est à dire, effectuer une distinction n’a plus cours.

Il n’y a plus que de la « musique ». Pourtant dans les formes, il existe des catégories innombrables que le profane ne saurait déterminer par leurs appellations de spécialistes.
 Une grande catégorie est appelée « musique savante » ce qui n’est pas moins impressionnant que bon nombre d’appellation ayant des distinguo ésotériques comme le techno-groove ou la Raw house ou même le Jackin’house. La musique savante ou « dite savante » comme certaines précautions de langage la détermine, est le domaine complexe de la dite « musique contemporaine » par opposition aux musiques dites « populaires » et dites « traditionnelles » Mais les étiquettes sont changeantes, mouvantes et si le Jazz peut être classé en musique populaire, l’Art-Rock ne saurait être rangé comme certain le font, dans la musique savante, la confusion venant de la traduction anglaise pour musique savante en Art music.
La musique contemporaine est une grande inconnue. Des expériences dodécaphoniques atonales sérielles « bruitistes » , de  l'École de Vienne à l'IRCAM, des recherches électro acoustiques par les grands barons des années soixante, soixante-dix; la musique contemporaine à disparue de la lumière . Elle se retrouve confinée dans un cercle élitiste qui ne fait surface qu’à l’occasion de polémique telle celle suscitée par la conférence de Jérôme Ducros donnée au Collège de France en 2012 « L’atonalisme. Et après? » ( excellente conférence visible ici).


La révolution électro acoustique est passée, la musique concrète de Schaeffer et d'Henry donne Paris comme capitale historique. Le Gesang der Jünglinged ( chant des adolescents) de Karlheinz Stockhausen, première oeuvre électro-acoustique date de 1956 soit la préhistoire de la musique numérique d’aujourd’hui.
Le compositeur multi instrumentiste et virtuose Robert Fripp détermine par son génie musical une catégorie de musique savante particulière qu’il appelle "Soundscape" . Sorte de néologisme composé sur le modèle du landscape ( paysage).  Cette catégorie de musique savante se retrouve dans la musique électro-acoustique et numérique. Le « soundscape » ne doit pas être confondu avec les soundscapes ou « paysages sonores » qui sont une recherche d’écologie acoustique utilisant des combinaisons de son de la nature (les éléments et la faune) inventé par le canadien R.Murray Schafer.

tumblr_n7qjhmBaLw1qzy30io1_1280

Robert Fripp


Le Soundscape de Robert Fripp est une méthode de composition qui utilise les possibilités numérique non seulement de création mais d’utilisation du son. L’élément fondamental de la musique est, nous dit Richard Millet ( Pour la Musique contemporaine  Fayard 2004) la combinaison de la spiritualité, de la consolation et de ce qui peut se traduire par « paysage » La musique suscite un abandon en nous même qui nous fait entrer dans une intimité absolue «  de sorte que, l’écoutant, nous pouvons dire que nous sommes écoutés par elle…Ce qui fait de nous un de ses éléments ».

Les compositions pour soliste sont habituellement réservées aux instruments « orchestraux » comme le piano et l’orgue. Olivier Messiaen n’eut sans doute pas imaginé qu’avec une nouvelle lutherie, la guitare puisse rejoindre ce cercle fermé et très périlleux des oeuvres pour instrument seul, comme celle de Michael Jarrell qui lui, isole des parties de clarinette ou d'alto. La guitare de Fripp est avant tout l’instrument servant à construire la composition qui s’enrichissant sur elle-même devient un orchestre par « boucles » successives et consécutives.
Les fameux Loops numériques où le son est enregistré à l’instant puis répété et diffusé en boucle avec reprise de micro-boucle en décalage sur l’instrument joué qui ne cessent d’enrichir la composition. Le son est capté par un ensemble de synthétiseur de traitement audio et rediffusé en réponse ou accompagnement avec la composition qui s’élabore par thèmes, utilisant l’improvisation maîtrisée. Musique complexe qui découle de l’ancien " Frippertronic" des années 1970 qui ont vu passer Robert Fripp de l’expérimentation pure à la création d'une oeuvre extrêmement originale.

 

IMG_0002-1024x409

 

Le Frippertronics ( terme inventé par la poète Joanna Walton, compagne de Fripp à la fin des années 1970) est un système de retard analogique constitué de deux magnétophones à bandes situés côte à côte couplés avec une guitare électrique. Les deux machines sont configurées de sorte que la bande se déplace à partir de la bobine d'alimentation de la première, à la bobine d'enroulement de la seconde, permettant ainsi au son enregistré par la première machine de la reproduire après un certain temps sur le second. Le système se trouva de beaucoup amélioré par l'arrivée du numérique!

8-monitor-guitar-stool-effects

New york 2010


J’eu la chance d’assister au concert donné au Winter Garden du Financial World trade Center de New York en décembre 2010.
 Se produisant seul sur scène, assis avec une guitare Les Paul modifiée, Robert Fripp n'est entouré que d'une console de réglage informatique. Le son de la guitare soliste commence seul. La facture, le touché, la tessiture de la guitare de Fripp est très particulière. Ce son est très reconnaissable dans les enregistrements auquel il a participé. Très coulante, la mélodie monte en cercle autour de vous, la guitare sonne comme un violoncelle, le son est acheminé vers un réseau d'unités de retard numériques comme le TC2290 TC d’Electronic. Les retardateurs numériques sont utilisés pour créer ces boucles audio de différentes longueurs de temps. La méthode commune étant qu'une unité serait utilisée pour créer une boucle complète, puis une autre unité pour créer une boucle différente. Ces boucles seraient ensuite combinées dans la sortie audio finale. Ce ne sont pas des procédés de studio, ce sont des performances, des moments uniques de créations instantanées sur une trame très élaborée, très pensée. Une cathédrale sonore liée à  sa volonté de recherche personnelle. Fripp fut ainsi amené à suivre pendant plusieurs années l’étude de l’oeuvre de Gurdjieff à l’"International Academy for Continuous Education" école fondé par l’ingénieur écrivain  John G. Bennet.

Robert FRIPP NY 2010

Winter Garden New York 2010

La musique ainsi produite est envoûtante, elle semble tourner, monter autour de vous. Elle ne parait pas être diffusée d’une source unique. Son action est apaisante comme un choeur de Solesme pour progressivement sortir de vous, en mettant vos sens en léthargie pour ne faire scintiller que l’esprit.

En consultant ce lien vous pouvez non seulement vivre cette expérience soundscape mais aussi entendre Robert Fripp parler de ses compositions.

http://www.wnyc.org/robert-fripps-soundscapes-live-2010/


La production personnelle de Robert Fripp est extrêmement riche. Les enregistrements sont trop nombreux pour être cités. Le site Elephant Talk recense 171 albums en temps que soliste. Il existe aussi une très abondante discographie de participation à différents projets collectifs.  De 1981 à 1997, Robert Fripp publie plusieurs compositions majeures réalisées en studio et sur scène. Les publications postérieures seront en très grande majorité des enregistrements de concerts donnés aux États Unis, en Europe et au Japon.

41S3X73GTWL


Nous pouvons citer "Let the Power Fall" en 1981 comportant des suites d’anticipation au Frippertronic intitulées 1985,1986 jusqu’à 1989. Saccadé et syncopé, le son se répète en boucles enivrantes  On y entend une sorte de langage en suite mélodique qui semble fait pour communiquer avec des entités extra-terrestres. Un méta langage non décrypté de sons couleurs semblant sortir du synthétiseur modulaire ARP 2500 utilisé par François Truffeau dans le film de Steven Spielberg « Close Encounters of the Third Kind » datant de 1977.

Capture d’écran 2015-03-16 à 01


Le très mystérieux opus intitulé «  A blessing of Tears » ( une bénédiction de larmes) de 1995 comporte outre le morceau éponyme mais aussi "The cathedral of Tears", puissante composition mettant l’âme aux bords des lèvres ainsi que la suite "Returning "  I ,II, III. Musique envoûtante qui submerge et coule, se déroule comme un serpent de chants aigus imprégnant fortement l’esprit.

Capture d’écran 2015-03-16 à 01


"Radiophonics" paru en 1995 sous-titré  "soundscapes in Argentina" s’ouvre sur une longue plainte appelée "Atmosphère" qui, en un crescendo dramatique de 11 minutes, développe une tension très angoissante.

RF20070815cover

"That Which Passes" sortie en 1995 comporte deux compositions assez brutales. "The Leap" et "On Triumph" developpent des volutes de son évoluant en tenailles et s’écrasant sur nos tempes en exercent une pression remarquable sur l’occiput. Nous sommes aux antipodes de l"ambiant " Music .

gates of paradise 1997


En 1997 parait le chef d’oeuvre que constitue "The Gates of Paradise" . The "Outer Darkness" s’ouvre sur un souffle comparable aux enregistrements des bruits de l’univers ramené par les sondes spatiales. Quatre parties intitulées de la même manière en alternance "Outer Darkness" et" Gates of Paradise" sont des soundscapes virtigineux qui s'apparentent  plus à des " spacescapes" par leurs beautés envoûtantes et mystérieuses de plaintes soufflées et de pureté sonore.

RF19961121cover


Les" November Suite" sous-titrés "Live at the green park station" paru en 1997 sont un enregistrement d’une performance fait à Bath le 21 novembre 1996, dans une ancienne gare de chemin de fer . Par un temps glacial, Robert Fripp élabora une suite en différente plate-forme qui devait durer huit heures mais l’arrivée tardive des techniciens (David Singleton and Hugh O'Donnell ) écourta la performance qui se déroulait devant un public transi au devant duquel se trouvait Peter Hammill et Michael Gill. La suite magnifique fut condensée en un disque d’une heure de lente et puissante beauté formelle tournoyant dans un air glacé.

112F45461TL


L’enregistrement des" Pie Jesu" en 1997, est tourné vers une sorte mysticisme que sa pochette annonce en représentant un jésus de bois sculpté regardé aussi bien en crucifié  qu’en bon berger ouvrant les bras pour accueillir les pêcheurs égarés dans la nuit. Les titres comme "Abandonment to Divin Providence" ou "Sometimes God Hides" montrent dans une tension, dans une crispation très forte du son, les préoccupations spirituelles et métaphysiques du compositeur.

Capture d’écran 2015-03-15 à 20


Pour finir il faut évoquer le minimal "Glass and Breath" paru en 2007 et uniquement disponible sur la base de données d’Eléphant Talk « Verre et Souffle » est un exercice de tintinabulisme concentré. Sur une lente pluie de notes scintillantes et claires, voilà une longue méditation qui s’abîme en elle-même sans repère, pendant une heure. Pure et claire, l’écoute des trois mouvements est comme une lente dépossession de soi même pour atteindre un état ataraxique

Capture d’écran 2015-03-15 à 20


Dans ce choix loin d'être exhaustif, l'on se doit de mentionner le " Kan-Non-Power"  qui est un « bootleg » enregistré au TFM Hall de Tokyo en le 11 novembre 1992 contenant 17 morceaux extrêmement intéressants, très mélangés. Le disque s'ouvre sur " Sound  Scape" qui constitue avec  "Firescape" et "Urbanscape" un excellent trio de soundscapes très envoutants. Le titre "Kan-non-Power "est un mélange très convaincant de guitare acoustique et de soundscape, synthèse extrêmement entraînante, montrant dans une juxtaposition maitrisé les deux facettes du génie de Fripp.

Les morceaux comme "Yamanashi Blues", "Melrose Avenue" ou "Walk don't run " "Asturias" et le superbement classique "Contapunctus" nous renvoie vers la League of Crafty Guitarists . Ce sont des productions du maitre et d'élèves surdoués issus des cours donnés par Robert Fripp dans la Guitar Craft School qu'il a fondé en Virginie, hébergé par la "School for Continuous Education", l'école fondé par John G. Bennet, cité plus haut. `

Le cursus était constitué d'une série de cours de guitare ainsi que d'éveil de soi et de développement personnel.  Les étudiants se voyaient initiés à la nouvelle norme "Tuning" consistant en un jeu ergonomique avec positionnement des doigts et du médiator sans tension pour avoir un jeu très délié sans fatigue musculaire. Le jeu devait se faire de manière acoustique avec des cordes métal sur des guitares ayant une caisse acoustique en carbone très peu profonde donnant un son tout particulier comme celles de la série fabriquées par l'Ovation Guitar Company.


Capture d’écran 2015-03-16 à 01


En 2011, trois mille étudiants avaient terminés les cours. Les étudiants qui continuent à pratiquer le jeu de Guitar Craft ont été surnommés les "crafties". Le virtuose Trey Gunn et le California Guitar Trio, qui ont constitué Le Robert Fripp Quintette à cordes ont enregistrés plusieurs albums sous le nom de «Robert Fripp et la Ligue des Crafty Guitaristes"
Après 25 ans, le mouvement Guitar Craft a imposé sa présence dans les cercles les plus pointus du monde de la  guitare. Il propose toujours des cours d'initiation et des spectacles en Europe et aux Etats-Unis .  Les Cercles de Guitar Craft se rencontrent dans de nombreuses villes; en particulier, le Cercle de Seattle toujours très actif, qui se réunit pour des performances avec didacticiel et parraine aussi une école.

Robert Fripp devient par la résurgence de ses thèmes et l’ampleur de son travail depuis une quarantaine d’année un des compositeurs majeurs du début du vingt et unième siècle. L’ensemble de son oeuvre pourra être consultée sur le site internet Elephant talk qui recense toutes les publications en un catalogue d’oeuvres et de participations impressionnant avec, ce qui est très appréciable, la possibilité d’acheter les différents opus impossibles à trouver ailleurs. Les Soundscapes sont d’écoute confidentielle bien malheureusement .
La philharmonie de Paris propose actuellement une exposition sur David Bowie. La collaboration entre Brian Eno et Robert Fripp amena celui-ci à participer en 1977 à l’album de la période berlinoise de Bowie « Heroes » Les influences comme le son de la guitare de R.Fripp y sont très reconnaissables. Les cinq minutes du morceau intitulé «Moss Garden » sont une préfiguration des Soundscapes à venir.

tumblr_mk2nguYdP11qdwvi7o1_500

Robert Fripp 1967

Au mois d’août 2012, Robert Fripp annonçait sa retraite musicale au cours d’un interview au Financial Time. Il décide face aux innombrables difficultés de sa position d'auteur d’abandonner son statut de musicien professionnel, il s’en explique :
"Ce qui a changé en 40 ans? C'est très simple. Il y a quarante ans il y avait une économie de marché. Aujourd'hui, il y a une société de marché. Aujourd'hui, tout, l'éthique, y compris, a un prix."
Malgré son label indépendant dont la définition mise en exergue en résume la philosophie:
« Discipline Global Mobile (DGM) is a small, mobile, independent music company that aspires to Intelligence. »


La société DGM fondé en 1992 par Robert Fripp a pour but premier de mettre en contact permanent l’audience avec la musique et les musiciens avec leur audience pour préserver les intérêts de tous comme leur intégrité propre. C’est une réponse aux différents conflits rencontrés avec les sociétés de production et de diffusion comme Universals.
Mais heureusement comme les Alouettes qui ont leurs langues prises dans la gelée *, les décisions sont changeantes. Ainsi tourne le vent. Robert Fripp a mis fin à sa retraite annoncée ( et prématurée) pour revenir avec une nouvelle formation dont il est le nom:  King Crimson, la mythique formation, phoenix cramoisi qui se renouvelle sans cesse, n'ayant comme pivot, comme membre permanent que Robert Fripp . Après une tournée aux Etats-Unis couronnée par un nouvel album " Live at the Orpheum ". La nouvelle formation avec notamement Jakko Jakszyk en double guitare et chant, viendra en septembre prochain à Paris .
Une nouvelle formation avec trois batteries en avant scène, non pour interpréter des soundscapes méditatifs mais plutôt pour les quarante ans du Starless et de sa bible noire explosant ses riff ravageurs.

Boston-and-King-Crimson-Stage-670x300

Boston Theatre 2014

 

 

 

*Lark's tongues in Aspic....