dscf1013

 

"Le samedi au matin, le 12 octobre 1793, les mêmes ouvriers qui, le 6 août 1793, avaient déjà détruit une grande partie des sépultures royales, pénétrèrent dans le caveau qui contenait les restes d' Henri IV et ceux de toute sa postérité.

Cinquante-quatre cerceuils de bois de chêne, "couverts d'une application de velours ou de moire rayée d'une croix de tissu d'argent" étaient posés sur des trétaux de fer rongés par la rouille. On commença par tirer celui d'Henri IV. La première enveloppe de chêne fut brisée à coup de marteau; puis on ouvrit avec le ciseau le cerceuil de plomb; on souleva le suaire encore intact, et le corps du roi apparut admirablement conservé, avec sa barbe presque blanche, les traits à peine altérés. On le dressa contre un pilier où il demeura jusqu'au lundi 14 Octobre.

Chacun eu la liberté de venir le contempler. "Un soldat...se précipita sur le cadavre du vainqueur de la Ligue, et, après un long silence d'admiration, il tira son sabre, lui coupa une longue mèche de barbe...et s'écria: "Et moi aussi je suis soldat français! " " désormais je n'aurai plus d'autre moustache" et plaçant cette mèche précieuse sur sa lèvre supérieure: "Maintenant, je suis sûr de vaincre les ennemis de la France et je marche à la victoire! " Il se retira. ( Alexandre Lenoir : Musée des Monuments Français.)

On mit le corps du roi debout sur une pierre. Une femme s'avança le poing tendu vers le visage du roi, le souffleta et le fit tomber à terre. Un assistant enleva deux dents au cadavre, un autre vint arracher une manche de la chemise royale qu'il promena dans l'église. Le lundi, à deux heures de l'après midi, on transporta le corps sur un lit de chaux, au fond d'une immense fosse creusée dans le cimetière des Valois.

Louis XIII était moins bien conservé qu' Henri IV, " mais très reconnaissable à sa moustache noire, fine et retroussée". Le tour de Louis XIV venu, on déplaça la bière, et sur une plaque de cuivre portant les armes de France et de Navarre, entourée du collier de Saint-Michel et du grand cordon du Saint -Esprit, on put lire à la lueur des lampes :

 

ICI EST LE CORPS

DE LOUIS XIV

PAR LA GRACE DE DIEU

ROY DE FRANCE ET DE NAVARRE

TRÈS CHRESTIEN DÉCÉDÉ

EN SON CHÂTEAU DE VERSAILLES

LE PREMIER JOUR

DE SEPTEMBRE 1715

 

" Il était encore tout entier dans son cerceuil." Le suaire soulevé, la face apparut noire comme de l'encre.

Marie de Médicis, Anne d'Autriche , Marie Thérèse, femme de Louis XIV, et son fils Louis Dauphin de France, étaient en "putréfaction liquide".

Dix princes et princesses furent extraits le mardi 15 Octobre. C'étaient Marie Leczinska, femme de Louis XV, la grande Dauphine, le duc de Bourgogne et sa femme, la Dauphine, bru de Louis XV, et dix neuf autres petits princes et princesses décédés en bas âge, dont les restes allèrent rejoindre à la fosse commune les cadavres jetés la veille.

On ouvrit, le 16, les bières d'Henriette de France, fille d'Henri IV, d'Henriette d'Angleterre (Madame se meurt! Madame est morte!) de Philippe d'Orléans, dit Monsieur, frère unique de Louis XIV et de vingt princes ou princesse de la famille des Bourbons.

Et ce fut cette même journée, à onze heures, alors qu'au milieu des clameurs d'une foule déchaînée Marie -Antoinette montait à l'échafaud, qu'on sortit de son caveau le cerceuil de Louis XV.

Le corps, bien enveloppé de linges et de bandelettes, paraissait tout entier et bien conservé; mais dégagé de tout ce qui l'entourait, il tomba en putréfaction, et il en sortait une odeur si infect qu'il ne fut pas possible de rester présent : on brûla de la poudre, on tira plusieurs coups de fusil pour purifier l'air, et on jeta bien vite sur un lit de chaux les tristes restes de Louis le Bien-Aimé."

Extrait du "Courrier des Chercheurs et des Curieux  " par  J Bourgeat 1966

 

okkkkkk

Espagne 1936