IMG_0875


This living hand, now warm and capable
of earnest grasping, would, if it were cold
and in the icy silence of the tomb,
So haunt thy days and chill thy dreaming nights
That thou wouldst wish thine own heart dry of blood
So in my veins red life might stream again
And thou be conscience-calm’d, see here it is,
I hold it towards you.

Ma main que voici vivante, chaude et capable
d’étreindre passionnément, viendrait, si elle était raidie
Et emprisonnée au silence glacial du tombeau,
A ce point hanter tes jours et transir tes rêves de tes nuits,
Que tu voudrais pouvoir exprimer de ton propre coeur
jusqu’à la dernière goutte de sang
Pour que dans mes veines le flot rouge fasse de nouveau couler la vie
et que ta conscience s’apaise. Regarde; la voici,
Je la tends vers toi

Hiver 1819 1820

Sans titre 6



« Ceci est du sang de ma bouche… »
Après l’avoir examiné très attentivement, il me regarda et dit avec un calme que je n’oublierai pas
« Je connais la couleur de ce sang, c’est un sang artériel…. je vais mourir »

John Keats accompagné de son ami Charles Brown voyageant à l’extérieur de la diligence qui les ramenaient de Londres à Hampstead ou ils résidaient, se senti fébrile et fiévreux.
 En se couchant dans les draps glacés de son lit, il toussa légèrement et cracha dans son mouchoir.

Browns entendit Keats lui dire «  Ceci est du sang de ma bouche…. » puis quelques heures après il fut pris de violentes quintes hémorragiques.
Il avait reconnu le mal qui emporta sa mère puis son jeune frère à l’âge de dix neuf ans.
La tuberculose.
En septembre 1818, au chevet de son frère Tom, effondré par son agonie, Keats composa son long poème Hypérion.En mars 1820, il sait qu’il va mourir.
Il est encore largement inconnu et semble avoir échoué à faire une oeuvre de poète. Les médecins consultés, comme son entourage lui conseille vivement de partir vers les cieux plus cléments de l’Italie.
 Le coeur brisé, il abandonne sa soeur et celle qu’il aime d’un amour entier, Fanny Brawne, à qui il annonce son départ par une lettre tendre et sans illusion   «  La nuit ou je fus malade un flot violent de sang me suffoqua littéralement  …je vous assure que sentant que je ne survivrai pas toutes mes dernières pensées étaient vers vous… »

Fannybrawne

Fanny Brawne

"The Beautiful and elegant graceful, silly, fashionable and strange "(La belle et élégante gracieuse, légère, à la mode et étrange) in Keats Letter to his brother George


John Keats embarqua en septembre 1820 avec son ami artiste Joseph Severn qui le depeint comme très malade «  Pauvre Keats ….. il est près de l’autre monde..et semble trop pris pour se remettre »

dssssnn


Rome sera un sursis. Ils emménagent au deuxième étage du 26 Piazza di Spagna au pied du mont Pincio au bas des célèbres escaliers appelé « scalinita » qui mènent à l’église française de la Sainte Trinité des Monts.
Cette maison était nommée la « casina rossa» car sa façade était à cette époque recouverte d’un badigeon rouge ocre . La maison agréablement située en bas à gauche des marches donne sur la fameuse « Barraccia »  fontaine étrange en forme de barque réalisé en 1639 par le Bernin.
 La maison regroupait, comme le quartier, beaucoup d’étrangers: un vieil anglais avec son valet français, un irlandais, un médecin anglais et une comtesse vénitienne.
 La chambre d’angle fut pour Keats, qui de ses fenêtres pouvait voir l’animation des escaliers ainsi que les attroupements autour de la fontaine. Severn restant sur un canapé dans la pièce à côté.

IMG_0911


Entouré des soins de son ami ainsi que du docteur Clark, les bienfaits du climat romain lui fut un temps profitable.
Mais dans une lettre à son ami Charles Brown, il se décrit comme « ayant le sentiment quotidien que sa vraie vie est passée » et qu’il se sent dans « une existence posthume … » Il pense constamment à Fanny Brawne et semble possédé par le souvenir de son frère Tom qui est « comme un fantôme dans son esprit »
Le 10 décembre, Keats a une très forte hémorragie, le docteur Clark tente de faire l’impossible en le saignant encore mais Keats souffrant et désespéré s’empare d’une bouteille de Laudanum.
Severn et Clark pensèrent qu’il tentait de mettre fin à ses jours. Ils firent alors le nécessaire en écartant tout objet, couteau, ciseaux qui auraient pu lui servir à se suicider, mais par là même l’empêchèrent de s’anesthésier à l’opium.
Keats eu de nombreuses hémorragies qui le laissaient sans forces dans une détresse immense et des souffrances respiratoires atroces. Le régime de diète sévère à base de harengs du docteur Clark qui semblait penser qu’il avait une infection du foie dû à la tuberculose, le laissait anémié face aux saignements et saignées.
Ce fut un Noël horrible, ou terrifiant de délire et douleur, il douta de sa croyance en la bible devant ses amis effondrés, se laissant aller à de morbides jeux de mots dans une totale conscience de sa fin imminente.
Keats resta alité, faible et souffrant jusqu’au 21 février, où il demanda à Severn de le redresser dans son lit, lui parlant calmement de sa tombe ombragée au cimetière Protestant près des anciens murs de Rome, près du Mont Testaccio. Tombe parsemées de violettes et de coquelicots dont il pouvait sentir les racines pousser en lui, lorsqu’il regardait les fleurs peintes du plafond de sa chambre . Severn lui dit qu’il n’avait jamais vu quelqu’un mourir et qu’il en avait de l’effroi, ce qui l'étonna lui qui avait eu tant de décès proches.
Le lendemain matin, Keats pleura de se réveiller en vie …se noyant dans ses poumons, il ne trouvait plus aucune consolation si ce n’est que de jouer  en silence de main en main  avec une petite pierre de cornaline donnée par Fanny.
Deux jours après, vers quatre heure de l’après midi, il appela Severn assoupi à ses cotés et lui dit :

«  Peux tu me lever pendant que je meure, ce sera plus facile…… n’ai pas peur , Merci mon Dieu; Voilà cela arrive »
Il resta sept heures dans les bras de son ami à respirer bruyamment sans un mot …..juste pour dire une fois dans un murmure : «  ne respire pas sur moi, ton souffle me glace »
 A onze du soir, il était mort, paisiblement. Il avait 25 ans.

Sans titre 5 

John Keats sur son lit de mort - portrait réalisé par Joseph Severn-1821


La nouvelle de sa mort mis trois semaines à atteindre l’Angleterre.
Fanny Brawne se coupa les chevaux et rentra dans un deuil de plusieurs années.

Les lois Vaticanes imposaient par mesures de sauvegarde et d’hygiène afin d’éviter une possible contamination que le mobilier, les rideaux et couvre lit, ainsi que le papier peint soient rassemblés à l’extérieur et brulés. Les modes de transmission du bacille de la Tuberculeuse étaient largement inconnus.
La maison reprit son cour chaotique de pensionnaires et d’aménagements . Les rez de chaussée du 26 et 27 furent rassemblés sous l’enseigne de « Trattoria della Scalinita »

Sans titre

Fenêtres  d'angle du premier étage du 26 place d'Espagne


A la fin du XIXem siècle, l’absorption du Royaume Papale dans l’Italie unifié transformera Rome. La demande incessante de logement et les projets architecturaux modifieront grandement le paysage urbain. Le n°26 et 27 firent l’objet d’un projet de démolition pour la création d’un vaste hôtel à leur emplacement. Le projet avait de bonne chance d'être exécuté mais John Keats comme Percy Shelley étaient devenu des poètes célèbres. Leurs tombes au cimetière protestant de Rome étaient très entretenues et visitées . Oscar Wilde en 1877 avait rendu hommage à Keats lors de son voyage à Rome ou il fut reçu par le pape Pie IX, Il se recueilli sur les tombes des poètes et déclara l’endroit comme étant « le plus saint de Rome »!

Keats_grave

Tombe de Keats et Severn - Rome


Une forte mobilisation de la part des autorités diplomatiques anglaise et américaine ainsi que de nombreux bibliophiles et autorités culturelles autant italiens qu'anglais sauvèrent le bâtiment. Une association de sauvegarde fut créée par un poète américain, journaliste à ses heures qui devint par la suite ambassadeur américain à Rome, Robert Underwood Johnson.

Sans titre 2

R. U. Jonhson


Par son action, il transforma la maison en centre de conservation de l’italophilie anglaise, une bibliothèque des oeuvres des poètes anglais romantiques ayant eu l’Italie au coeur fut installée .
Le jour de l’anniversaire de la mort de John Keats le 23 février 1903 une souscription internationale fut lancé pour l’acquisition de la maison et la création d’un mémorial du souvenir.
La Keats Shelley Memorial Association s’engageait à réaménager les appartements de Keats et Serven, de les meubler et de rassembler un fond muséal en collectant archives manuscrites, dessins, reliques ou objets ayant appartenu au poète et à ses proches. Ainsi que tout documents et livres concernant Percy Shelley sans oublier les témoignages de Lord Byron en Italie

IMG_0910

Le masque mortuaire executé par le docteur Clark est présenté à côté du lit d'agonie.

IMG_0916


La chambre fut restituée en son intégralité.

IMG_0915      IMG_0917

 

Décor peint: panneautage de gris clair sur champs soutenus avec moulures simples en méplat gris bleuté .

A noter l'étrange cimaise peinte avec de multiples filets ombre et lumière

 

IMG_0908

Décor floral peint dans les sections carrées traditionnelles des plafonds des maisons romaines du XVIII° siècle.

Les décors des plafonds des lambris furent repeints, la grande bibliothèque d’acajou et les présentoirs vitrés furent le réceptacle de tout ce que l’association pu trouver à acquérir. 

IMG_0922      IMG_0909

 

IMG_0921

Tableau de Joseph Severn représentant Percy Bysshe Shelley dans les thermes de Caracalla .1845

L’association édita un bulletin avec lequel les abonnés résidant en Angleterre et aux Etats-Unis purent suivre les progrès de l’édification du Musée comme l'état des recherches concernant les poètes si admirés.

Sans titre 7

Le 3 avril 1909, la maison musée fut inaugurée sous une triple bénédiction : américaine, anglaise et italienne avec le ferme soutien du Président Théodore Roosevelt qui honora les lieux de sa présence en 1910. Le royal soutien d’ Edward VII dont le premier secrétaire Lord Knollys envoya une déclaration qui fut lu à l’assemblée réunie  lors de l’inauguration en présence du Roi Emmanuel III « Le Roi me fait vous dire qu’il accorde un intérêt profond à cette inauguration, Le Roi exprime sa gratitude et ses remerciements au Roi d’Italie et à son peuple pour la bienveillance exprimée envers ce mémorial , présent donné aux nations Anglo-Saxonne »  
L’assemblée prestigieuse était composée de l’ambassadeur Anglais, d’écrivains italien, américain et anglais ainsi que de la nièce de Dante Gabriel Rossetti.

IMG_0919


La Keats Shelley House devint un lieu de pèlerinage pour les tendres lecteurs de vers, les admirateurs romantiques d’une poésie sensuelle célébrant les beautés d’un bonheur immobile. La lenteur de l’amour senti qui exacerbe les sens face à la beauté du monde.
 Ivresse et ravissement, Keats eut une vie poétique extrêmement courte de cinq ans à peine mais son aura sur les lettres reste immense.
Percy Bysshe Shelley sera associé à cette fondation car poète reconnu, sa vie fut indissociablement liée à l’Italie. Il succomba tragiquement lors du naufrage de son voilier dans la baie de la Spezia , le 8 juillet 1822, peu de temps après la mort de Keats dont la disparition l’avait terriblement touché .
On trouvera dans la poche du noyé un petit volume en vers de Keats. Il fut incinéré à la mode antique sur la plage de Viareggio par son ami Lord Byron, ses cendres furent transférées au cimetière Protestant de Rome.

Percy_Bysshe_Shelley_by_Alfred_Clint_crop     RothwellMaryShelley

        Percy Bysshe Shelley                                                                       Mary Shelley


Shelley et Keats étaient inconnu au moment de leur mort, ce n’est qu’une vingtaine d’années après que leur renommé de poètes majeurs fut établie. La poésie de Keats et de Shelley sont à bien des égards dissemblables, ils se connurent peu mais leur mort, leur façon d’aimer, leur voyage sans retour en Italie les à rassemblés.
Shelley plus abstrait se range vers le monde invisible et utilise le lyrisme pour toucher l’ineffable. Keats est plus terrien mais tout en sensibilité des choses et des heures qu’il veut posséder en une éternité immobile de l’instant.

frankenstein-jj-001

Boris Kharlov dans le rôle de la créature


Percy Shelley fut l’époux de Mary Shelley, veuve romantique des ténèbres qui écrira de nombreux ouvrages dont le célèbre « Frankenstein ou le Prométhée moderne ». Elle fut malgré son talent dans l’ombre de son mari dont elle aida inlassablement à perpétuer le souvenir en publiant de nombreuses éditions de ses poésies et correspondances. Elles est aujourd’hui reconnue comme une figure majeure du mouvement Romantique par ses romans, récits de voyage ou contes pour enfants ainsi que par ses prises de position politique en tant que femme libérale.

 

IMG_0912

La Barraccia vue de la fenêtre du premier étage. Janvier 2014

L’effervescence de la place d’Espagne, les grappes de touristes adolescents montant, descendant, se regroupant autour de la fontaine ( en réparation actuellement) provoque une agréable sensation de voyage dans le voyage par la visite du premier étage de la Keats Shelley House. Peu fréquenté, le musée se donne comme un arrêt dans la course romaine, l’intérieur baigne dans une odeur d’encaustique , un calme de pénombre dans un contre jour apaisant.

Le larges bibliothèques d’acajou brillent de la lumière rasante des fenêtres donnant sur une petite cour enchâssée dans les montants de la Scalinita. Les clochers de la Sainte Trinité se détachant dans le bleu des fenêtres hautes. Assise sur une chaise dans un coin discret une blonde stagiaire anglo-saxonne fait office de surveillante en lisant un livre. Elle lève un oeil et vous fait un sourire, heureuse de voir un visage.  

IMG_0905


La minuscule chambre silencieuse aux deux fenêtres d’angle restitue la vie assourdie dans un large silence de recueillement .. un lit, une cheminée, une vue. La fin du poète est présente comme une étoile étincelante immobile suspendue dans sa nuit… le temps est à l’extérieur, la chambre une éternité.

Après la mort de son fondateur, Robert Underwood Johnson en 1937, une période délicate s’annonçait pour la maison en raison des menaces de conflit mondial. Le comité fut présidé par le secrétaire général, Hale Benton, de nationalité américaine alors que tous les anglais furent sur le départ. Il nomma comme Trésorier le directeur de l’institut Suédois car il était de plus en plus difficile de maintenir le musée dans une neutralité effective, et pensait lui aussi se trouver dans l'obligation de partir . Lors de l’arrivée des allemands à Rome en 1941, les plaques commémoratives et indication de nom des Poètes de la façade furent retirés pour faire rentrer la maison dans un anonymat protecteur. Tout resta silencieusement en place jusqu’en décembre 1942 ou deux malles discrètes contenant les « trésors » de la fondation , c’est à dire les papiers les plus précieux , les éditions originales, le portrait de Keats sur son lit de mort réalisé par son ami Severn, les reliques de cheveux de Shelley, furent envoyées pour être préservées dans l’endroit considéré comme le plus sûr d’Italie, le Monastère de Monte Cassino dans la commune de Cassino.

Monte-Cassino-détruit

Le monastère du Monte Cassino fut entièrement reconstruit après la guerre.


Le monastère du Mont Cassin fut l’objet d’une des plus terrible bataille pour ouvrir la route de Rome aux Alliés après leur débarquement de Sicile et la prise de Naples. Le monastère fut entièrement rasé par des bombardements intensifs.
Le Général der Panzertruppe F. Von Senger und Etterlin compris les menaces imminente de destruction et ayant connaissance de l’importance des collections,  organisa l ‘évacuation des biens de la communauté des moines du Monastère, c’est ainsi que les caisses du musée Keats Shelley revinrent par camion allemand à Rome et furent sauvées.
La fondation survécut non sans mal, avec tout ses avoirs bancaires gelés, ses loyers non perçus. la maison fut entretenue par Vera Cacciatore qui raconta cette période trouble dans ses mémoires «  je me sentais moi même prisonnière dans la maison  aussi je pouvais mieux comprendre comment Keats lui même se vivait comme un prisonnier … comme prisonnier de sa maladie .. avec toujours à l’extérieur de le chant de la fontaine nous hantant moi et lui » Elle raconta aussi comment le soir du 4 juin 1944,  les soldats alliés arrivèrent Piazza di Spagna et y campèrent en nombre. Dormant autour de la fontaine, au bas des marches, sur les marches jusqu’à l’obélisque.
Le lendemain matin à six heure un Capitaine anglais accompagné d’un américain, journaliste au New York Times frappèrent à la porte, la maison se réveilla de sa léthargie ….Vera Cacciatore raconte «  Cette nuit, un Soldat américain demanda s’il pouvait voir la chambre ou John Keats était mort ….Il donna son fusil a un de ses amis et avec une bougie en main alla jusqu’àla chambre parmi l’obscurité puis résumant sa mission sur la place il dit «  je suis fier d’être de garde devant la maison du Poète » »

Sans titre 8

Soldat devant la porte du n°26-1944


La maison fut réouverte en présence des nouveaux ambassadeurs Anglais et Américain. Les années suivantes le nombre de visiteurs ne cessa d'augmenter, passant de quelques centaines à plusieurs milliers. Des lectures et récitals de musique, des expositions y furent organisés assurant un succès croissant ce qui permit à l'association de vivre sereinement sans bruit parmi les viccissitudes du monde, havre de paix, de poésie et du souvenir.

IMG_0874

 

IMG_0856

La keats Shellay House  fin Janvier 2014

La palissade blanche correspond à la future boutique "Acqua di Parma" ouverte en début février.

secchiaroli-tazio-1925-1998-it-giorgio-de-chirico-sur-la-terr-2495953

Giorgio de Chirico sur la terrasse de son appartement Place d'Espagne.


Le cheminement de certain délaissent les circuits touristiques trop empruntés, ils savent retrouver les chemins d’une Rome plus secrète, comme la maison de Goethe au n° 18 de la via del Corso qui exprime son amour pour l’art en une collection de dessins d’Italie ainsi qu’une présentation de son travail scientifique pour l’élaboration de sa théorie des couleurs, puis vers la Piazza di Spagna avec la maison de Giorgio de Chirico dont l’appartement musée qu’il occupa avec sa femme Isabella Far, regroupe les derniers étages du Palazzo dei Borgognoni ( Palais de Bourgogne mitoyen de la Keats House) avec une terrasse surplombant la place.

 

Page de garde d'un receuil de vers de Shakespear envoyé à Fanny Brawne

avec le célèbre "Bright Star" Avril 1819

Sans titre 3


Bright Star, Would I Were Stedfast as Thou Art
 
Bright star, would I were stedfast as thou art

Brillante étoile, que ne suis je comme toi immuable,


Not in lone splendor hung aloft the night,
And watching, with eternal lids apart,

Like nature's patient, sleepless eremite,

Non pas solitaire, resplendissant au-dessus de la nuit, Les yeux toujours ouverts,
Veillant avec patience, tel un ermite de la Nature,


The moving waters at their priestlike task
Of pure ablution round earth's human shores,
Or gazing on the new soft-fallen mask
Of snow upon the mountains and the moors ;
No -- yet still stedfast, still unchangeable,
Pillow'd upon my fair love's ripening breast,
To feel for ever its soft swell and fall,

Observant les eau mouvantes à leur tâche sacrée
De purification des hommes,
Ou encore contemplant la neige fraîchement
Tombée sur les monts et les bois,
Mais plutôt, toujours immobile, immuable,
Assoupi sur le sein fleuri de ma bien-aimée
Pour ressentir à jamais son doux mouvement,


Awake for ever in a sweet unrest,
Still, still to hear her tender-taken breath,

And so live ever -- or else swoon to death.

Éveillé pour toujours dans une douce insomnie, Encore et encore à l'écoute de sa tendre respiration ;

Et vivre ainsi toujours, – ou sinon m'évanouir dans la mort.

Keats life mask-large

 

Oeuvres de John Keats:

Lines in Imitation of Spenser
Endymion
Tales and Poems, contenant le poème Hyperion
The Eve of St Agnes
Hymn to Solitude
La Belle Dame sans merci
Ode to Autumn
Ode to a Nightingale
To one who has been long in city pent : « À qui est depuis longtemps confiné dans la ville »
On first looking into Chapman's Homer : « Après avoir ouvert pour la première fois l’Homère de Chapman »
A song about myself

 

Sources:

Sally Brown -An Echo and Light unto Eternity -Suppose me in Rome

Vera Cacciatore -The House in War-Time

in Keats and Italy - Edizioni II Labirinto. Roma 2005

Albert Laffay -John Keats Selected Poems- Poèmes choisis